Bonnes pratiques pour la surveillance des travailleurs dans les espaces confinés

Bonnes pratiques pour la surveillance des travailleurs dans les espaces confinés

Les personnes qui s’occupent de la sécurité sur le lieu de travail, en particulier pendant les révisions et les arrêts, sont bien conscientes des risques inhérents et des défis posés par les espaces confinés. Il est de la plus haute importance de reconnaître les risques associés à ces environnements et de mettre en œuvre de manière proactive des mesures visant à prévenir et à minimiser les incidents. Pour obtenir une protection optimale, il est essentiel d’intégrer quatre pratiques clés :


1. Surveillance en temps réel :

Pour aller au-delà des exigences réglementaires minimales, il faut équiper les travailleurs de technologies de pointe, en particulier pour les postes à haut risque que l’on trouve couramment dans les raffineries, les usines pétrochimiques et l’industrie lourde. La capacité à visualiser avec précision les activités à l’intérieur et autour des espaces confinés et à surveiller les conditions atmosphériques en temps réel est essentielle pour garantir la sécurité des travailleurs. Les systèmes capables d’extraire des informations des badges des travailleurs et des dispositifs de communication, ainsi que de fournir des images en direct à l’intérieur et à l’extérieur de l’espace confiné, sont idéaux pour une gestion et un contrôle continus des entrées, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

2. Évaluation des risques :

Garantir la sécurité des travailleurs dans les espaces confinés nécessite une évaluation approfondie des risques. Les organisations performantes s’appuient sur la collaboration entre des professionnels expérimentés de la santé et de la sécurité, des équipes de sécurité des entrepreneurs et des experts en sécurité connectés. Cette approche collaborative permet d’analyser étape par étape les activités sur le lieu de travail, les risques associés et les outils d’atténuation efficaces, tout en maintenant une connectivité en temps réel. La distribution efficace des informations pertinentes permet à l’équipe de sécurité d’identifier instantanément les lacunes et de gérer activement les outils ou les actions nécessaires pour combler ces lacunes.

3. Collecte de données :

Des données pertinentes et bien gérées constituent un outil puissant pour rationaliser et améliorer l’exécution des arrêts et des révisions, à condition qu’elles soient accessibles et digestes pour les principaux décideurs. L’accès rapide à l’information permet aux gestionnaires de pannes d’ajuster proactivement leurs tactiques, en s’adaptant aux changements d’envergure, aux défis de programmation et aux pressions sur les coûts. L’intégration des données de localisation en temps réel de la main-d’œuvre à l’extérieur des espaces confinés avec les registres d’entrée de la main-d’œuvre à l’intérieur permet d’obtenir un ensemble de données complet et de haute qualité. Grâce à l’application de l’analyse des données, qu’elle soit interne ou externalisée, les organisations peuvent identifier des modèles et traiter les problèmes émergents plus efficacement que ne le permettent les méthodes conventionnelles.

4. Connectivité permanente :

La diversité des emplacements et la fiabilité variable de la connectivité sur les sites de projet nécessitent des méthodes robustes et flexibles pour connecter les appareils et collecter les données. Une collaboration efficace entre la détection de gaz connectée et la surveillance des espaces confinés exige que les organisations adoptent des approches résilientes pour capturer et diffuser les données. Le choix entre satellite, LTE, réseau local sans fil et/ou réseau câblé privé permet aux équipes de projet de renforcer la résilience de leurs réseaux de données, ce qui est particulièrement important dans les applications critiques de sécurité des personnes, en minimisant le risque d’interruptions opérationnelles liées au réseau.

SUIVEZ-NOUS SUR